Comment s’habiller pour le VTT ?

Comment s’habiller pour le VTT ?

Les fanas de vélo finissent par avoir davantage de vêtements cyclistes que d’effets civils, car ils passent leur temps à tenter de découvrir la tenue parfaite en fonction de chaque condition climatique… et de la mode !

Il est facile d’en deviner les raisons : les vêtements du cycliste moderne sont synonymes de confort, de chaleur, d’élégance et de bonheur de pédaler quel que soit le temps qu’ils choisissent le classique noir passe-partout ou qu’ils s’affirment dans des couleurs éclatantes confirmant aux profanes que la cécité aux couleurs est un préalable à toute pratique.

Outre les fibres en polyester ou le Lycra universels, les nouveaux textiles sont partout. Le jargon publicitaire est parfois un peu « trop », mais il ne fait plus de doute que les fibres artificielles sont remarquablement aptes à imiter la chaleur et l’imperméabilité des plumes et de la laine et qu’elles surclassent aisément le coton des T-shirts, sweatshirts et autres collants qui devenant glacial une fois mouillé et longtemps mettant sécher.

Les avantages des textiles modernes tiennent à leur légèreté et à leur facilité de lavage et de séchage rapide, qualités universellement appréciables !

Par temps chaud, vous pourrez probablement vous habiller comme il vous plaira et investir dans un maillot de qualité supérieure qui absorbera bien la sueur et séchera vite.

Au-dessus de 30°C, vous apprécierez de porter du blanc. Mais c’est surtout contre l’eau et le vent que le cycliste doit lutter, notamment par temps frais ou froid, car ce sont les conditions les moins supportables et les plus risquées.

Renoncez plutôt et rentrez à la maison où il se trouvera toujours quelqu’un qui estimera que la souffrance dépasse la satisfaction relative de vaincre les éléments.

Avoir froid est désagréable et douloureux et, dans certains cas, le risque d’hypothermie avec chute alarmante de la température du corps peut être grave.

Encore une couche

Pédaler donne chaud et un habillement correct doit être un compromis entre l’isolation et l’évaporation. Adoptez une tenue multi-couche que vous pourrez enlever ou remettre facilement.

Portez des sous-vêtements sport, mais fins sur la peau pour l’isolation de fond puis ajoutez autant de couches que votre confort l’exige ; ajoutez chemises et pull-overs molletonnés, en polyester, en Lycra ou tout autre équivalent.

Terminez votre système multi-couche par une protection imperméable et coupe-vent. Considérez que la couche extérieure est un toit qui protège plus des éléments que du froid. Un idéal : rester sec ! Demeurer sec est un impossible rêve : rien, pas même le meilleur textile aéré ne peut évacuer la transpiration au rythme où un cycliste en action la génère. Portez des vêtements imperméables autant pour cette qualité que pour leur coupe-vent, mais retirez-les dès que vous abrité pour ventiler  votre corps et vêtements.

Comment avoir chaud en VTT durant l’hiver ?

Évitez les courants d’air. Fermez les ouvertures au cou avec un foulard, utilisez des pattes de poignets et des gants à crispin. Ne portez pas de vêtements serrés les uns sur les autres : d’abord, vous cuirez, puis vous tremblerez de froid quand ils seront mouillés de sueur et exposés au courant d’air. Conservez votre tête au chaud en portant un petit foulard par temps frais et un serre-tête molletoné épais par temps très froid.

Choisissez un modèle couvrant les oreilles et bloquant l’air entre votre tête et le casque. Portez un maillot sans manche pour protéger l’abdomen du froid. Affronter les éléments est un des attraits du cyclisme, mais la sensation de froid causée par le vent sur la peau et les vêtements humides doit être tempérée si vous voulez vraiment en profiter sans risque, surtout dans les grandes randonnées lointaines.

La vitesse du vent le rend glacial, celle du cycliste encore plus et les pieds, qui bougent plus vite que le reste du corps et qui sont plus exposés à l’eau ou au sol gelé, nécessitent le port de surchaussures pour éviter l’engourdissement.

Et le cuissard ?

Vêtement de base essentiel du cycliste, le cuissard est spécialement conçu pour son confort en selle et pour éviter l’irritation de la face interne des cuisses. Il en existe de divers types, plus ou moins près du corps.

Les différents types de textile pour le VTT :

MOLLETON : Textile combinant le confort moelleux et l’aspect sportif, le molleton existe sous différentes formes apportant chaleur et capacité anti-vent. Par temps chaud et frais, adoptez un sweat-shirt molletonné, léger et coupe-vent comme vêtement extérieur. Par temps froid et humide, portez un molleton non étanche effet êtes vos sous votre vêtement imperméable pour une bonne isolation sans être gêné.

ECO-FLEECE : II existe aussi des molletons fabriqués à partir de bouteilles en plastique recyclé.

POLARTEC : Chaud et étanche au vent, le Polartec existe en différentes épaisseurs. C’est un textile molletonné très courant.

LA SOIE Les sous-vêtements en soie sont aussi chauds qu’agréables à porter. Un gilet à manches longues et col haut a le même effet qu’un pull-over très épais et perméable au vent.

PERTEX : Excellente matière contre le vent et la pluie, le Pertex est un polyester léger, mais tissé très serré qui sèche très vite.

GORE-TEX : Tissu breveté à l’appellation très protégée, le Gore-Tex est la toile imperméable et aérée inventée à l’origine par M. W. L. Gore. Elle a maintenant plusieurs concurrentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *