Anatomie d’un VTT

Anatomie d’un VTT

Si les différences visuelles entre un VTT et une bicyclette de route sont frappantes, les variations structurelles relèvent davantage de l’adaptation que de l’invention radicale. Un vélo tout-terrain (VTT) est construit plus solidement du fait que son domaine d’utilisation le soumet constamment à des contraintes mécaniques qui détruiraient vite un routier. Également plus bas qu’un vélo de route, un VTT est plus maniable sur terrain inégal. Et puis il y a les pneus — des boudins plus gros, à crampons qui s’agrippent de manière étonnante — montés sur des roues plus petites de 26 pouces de diamètre seulement.

Un VTT est également plus facile à maîtriser : vous pouvez freiner, changer de vitesse et braquer en même temps sans même lâcher le guidon. Vous pouvez vous mettre en selle sans avoir la souplesse d’un gymnaste et, une fois à bord, vous trouverez qu’un VTT est plus confortable et plus agile.

Un VTT est idéalement plus bas de 8 à 10 cm que son équivalent routier.

LA PARTIE AVANT

La partie d’un cadre de VTT qui subit les contraintes les plus dures est la zone où le tube supérieur et le tube oblique rejoignent la douille (tube) de direction. C’est un endroit où un choc frontal peut faire du dégât en cassant les soudures ou en tordant le dessous du tube oblique. Les fabricants renforcent cette zone au moyen de soudures plus épaisses, de goussets ou en prenant des tubes plus épais ou de diamètre supérieur. Vérifiez fréquemment l’état de ces tubes qui ne doivent pas présenter la moindre trace de détérioration.

LE TUBE OBLIQUE

Le tube oblique est la colonne vertébrale d’une bicyclette. Tube le plus long d’un cadre, il supporte plus de contraintes que les autres et les fabricants le renforcent en conséquence par une surépaisseur et des goussets dans le cas de l’aluminium, par des épaisseurs de métal variables selon les points d’efforts dans le cas de l’acier ou par une orientation particulière des fibres de carbone.

LE TUBE HORIZONTAL

Identifiable instantanément sur un VTT, le tube horizontal ou supérieur est en fait légèrement plongeant. Les bons VTT ont un tube horizontal plus long pour donner une position plus couchée, plus aérodynamique et pour équilibrer le vélo entre l’avant et l’arrière sur les pentes moyennes. La distance entre le tube horizontal et le sol est la hauteur du cadre, cote de base pour le choix des dimensions.

LE TUBE DE SELLE

Les premiers cadres de VTT présentaient une faiblesse au niveau du tube de selle, car la tige de selle est plus longue par rapport au cadre que sur un routier. L’effet de levier supérieur imprévu causait des plis ou des ruptures autour des soudures du sommet du tube de selle. De nos jours, les fabricants de cadres renforcent cette zone par surépaisseur ou surdimensionnement.

LES TRIANGLES AVANT ET ARRIÈRE

La robustesse d’une bicyclette est concentrée dans le triangle avant. Il en résulte que sur un vélo bon marché, le triangle arrière peut être construit en tubes de qualité inférieure à celle du triangle avant. Lors du choix d’un VTT, vérifiez la qualité de tous les tubes. Le triangle arrière peut être fabriqué en tubes de section inférieure, car les efforts sont répartis entre les bases et les haubans. Cette configuration laisse davantage d’espace autour des pneus, là où la boue pourrait s’accumuler.

LA FOURCHE

Premier élément touché en cas de choc, la fourche d’un qu’elle soit de type rigide ou suspendu, est exceptionnellement robuste. En cas de rupture, elle contribue à l’absorption du choc. C’est une pièce facilement remplaçable pour cause de détérioration ou en vue d’une amélioration.

LA TIGE DE SELLE

Facilement interchangeable, la tige de selle doit être graissée pour en faciliter le réglage. Elle est déterminée par son diamètre, choisi en fonction du diamètre intérieur du tube de selle.

LES PATTES DE FOURCHE

Les paliers de moyeu font partie de la fourche à l’avant et du cadre à l’arrière. Des pattes de sécurité sont parfois prévues à l’avant pour éviter la perte de la roue si les serrages rapides se desserrent accidentellement. Sur la roue arrière, il est bon d’avoir des pattes démontables : en cas de pliage par accident, le cadre reste intact.

ANGLE DE DE DIRECT DE SELLE

Ces deux angles mesurés par rapport à l’horizontale, l’angle de la douille de direction et celui de la selle, déterminent la perception du comportement du cadre, car ils influencent les longueurs relatives des tubes, l’angle du pédaleur par rapport aux pédales et la direction. Plus l’angle est élevé, plus la réponse est précise et directe. Après les premières expériences, les angles d’un VTT sont de 720-740 pour l’angle de selle et de 700 71,50 pour l’angle de la tête de direction. La direction est bonne quand on peut rouler facilement en ligne droite sans tenir le guidon, ni zigzaguer, ni être obligé de tenir fermement le guidon en ligne droite. La cote qui détermine ce comportement est la chasse dont la valeur optimale est de 6 à 8 cm.

L’EMPATTEMENT

Il mesure la distance entre les centres des roues, environ 102 cm. Là aussi, plus il est court, plus le vélo est maniable.

LA LONGUEUR DES BASES

La longueur moyenne des bases (tubes de fourche inférieure) est de 40 à 43 cm. En des bases raccourcies améliorent la motricité de la roue arrière et facilitent les accélérations et les montées, mais rendent le VT instable en descente.

LA HAUTEUR DE LA BOITE DE PÉDALIER

Sur un VTT, elle se situe en général 2,5 cm plus haut que sur un routier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *