La vie en rose et jaune

La vie en rose et jaune

En 1980, un genou douloureux a privé Bernard Hinault du doublé Tour d’Italie- Tour de France. Cette fois, il le veut.

Il change sa préparation hivernale, ce qui n’est pas au goût de son directeur sportif, Cyrille Guimard. Mais il arrive plus reposé que de coutume au départ à Milan où sa formation Renault-Gitane (avec un nouveau venu, Laurent Fignon) enlève la première étape contre la montre par équipes.

Dès le premier jour, voici donc Bernard Hinault en maillot rose de leader. Au total, il le portera pendant quinze jours sur vingt-trois. Toutefois, il a tremblé. Notamment lorsque l’Italien Silvano Contini lui a pris ce maillot rose dans la 18e étape.

Mais le lendemain, se présente un obstacle redoutable, le « Monte Campione ». Les Renault décident d’en faire leur lieu de reconquête. De fait, Hinault l’attaque en force, à fond les manettes, sans jamais se retourner et il reprend le maillot au sornrnet du Giro.

Après le rose, le jaune ! Les tiraillements au sein de son équipe, où son entente avec Guimard grince de plus en plus, ne l’empêchent pas d’arriver au départ du Tour de France à Bâle avec un moral de vainqueur. Ses adversaires le sentent-ils ? Ils font preuve d’une passivité coupable et révélatrice de leur acceptation du joug du « Blaireau » sur leurs échines.

Du coup, le premier maillot jaune porté par un Australien (Phil Anderson) fait diversion et le bonheur des journalistes. Les rouleurs hollandais de Kneternann se contentent de courir après les victoires d’étapes. Sean Kelly se satisfait du maillot vert du classement par points, Bernard Vallet du maillot à pois du meilleur grimpeur.

Joop Zoetemelk se contente, lui, d’une deuxième place supplémentaire derrière « l’intouchable ». Bref, chacun capitule et ne recherche plus qu’un pré carré.

Au sommet de l’Alpe-d’Huez, puis au dernier contre la montre à Saint-Priest, Bernard Hinault fait un trou définitif : Joop Zoetemelk termine à plus de 6′, Ainsi Bernard Hinault remporte-t-il dans la plus grande facilité son quatrième Tour de France. Bien plus que cela, il rejoint les plus grands au palmarès des auteurs du doublé Giro-Tour de France Fausto Coppi, Jacques Anquetil et Eddy Merckx.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *